Classement académique des écoles hôtelières en France

Classement bac+5

Logo IFOP

Niveau académique

L'institut de sondage IFOP a réalisé pour l'ESH une enquête du 17 au 20 mars 2009 auprès d'un échantillon représentatif des établissements hôteliers français de plus de 20 salariés, portant sur leurs attentes en matière de recrutement (IFOP, 2009). Ils ont déterminé les trois premiers critères mis en avant par les recruteurs de ces établissements, lors de l'embauche d'un jeune diplômé :
1 - les jeunes diplômés doivent avant tout avoir le sens du service (63%);
2 - une bonne maîtrise des techniques requises en hôtellerie et restauration (59%);
3 - une pratique maîtrisée de l’anglais (57%).
La maîtrise de l’anglais est plus particulièrement appréciée par les établissements plus étoilés (4 à 5 étoiles), à 71%, soit leur premier critère de recrutement.

Master ou pas Master, telle est la question...



En quoi le niveau académique est-il important ? Dans un Master, les intervenants sont en majorité docteurs dans leur spécialité et chercheurs. Le niveau académique des enseignants est très élevé, ce point est essentiel. Le programme est validé par l'Etat ou par une Université. Il change peu d’une année sur l’autre car les compétences enseignées sont au-delà de l’actualité : leadership, éthique, esprit de synthèse, développement personnel.

Dans un programme de Master, les étudiants ont accès aux articles de recherche académique publiés par les chercheurs des universités du monde entier et ils apprennent à appliquer les enseignements de la recherche à travers des activités : travail en équipe, présentations, discussions et jeux de rôle. Le titulaire d'un Master sait appréhender des problèmes complexes et évolutifs, il sait mettre à jour ses connaissances et proposer des solutions basées sur l'étude du passé ou d’autres secteurs d’activité dans des domaines aussi variés que le management, le marketing ou la stratégie. Les compétences acquises en Master universitaire sont très recherchées par l’industrie hôtelière et dans tous les pays du monde, on fait bien la différence entre un Master et un simple diplôme à bac+5, y compris en terme de salaire et d'évolution de carrière.

La Commission Nationale de la Certification Professionnelle (CNCP, 2012) qui gère le Répertoire National, celui-là même qui permet aux écoles délivrant des certifications professionnelle de parler de "diplôme d'Etat" indique sur son site : "Une certification professionnelle enregistrée « sur demande » dans le RNCP au niveau I (parfois au niveau II/master 1) n'ouvre ni équivalence de droit avec un diplôme de Master ni ne confère le grade de Master à ses titulaires." Le Master universitaire est donc placé en premier, suivi directement des certifications professionnelles inscrites au RNCP et les autres diplômes (CGE, FEDE, AH&LA, NEASC…)

Les deux autres critères : langue d'enseignement et nature de l'école

Deuxième critère retenu et premier critère de recrutement pour les hôtels 4 et 5 étoiles, la maîtrise de l'anglais est essentielle en hôtellerie. Les programmes bac+5 préparent les étudiants à des postes d'encadrement dans des hôtels internationaux, voire à l'international, leur enseigner le management en anglais est un plus. En France en particulier, le niveau d'anglais des étudiants est problématique, les programmes bac+5 hôteliers doivent donc être majoritairement enseignés en anglais pour identifier les meilleurs étudiants et parfaire leur maîtrise opérationnelle de l'anglais. Au niveau bac+5, il ne s'agit plus seulement de communiquer en anglais, il s'agit de manager en anglais.

Le critère de la langue d’enseignement ressort donc comme le meilleur indicateur du caractère international de la formation, un diplôme bac+5 en anglais est le seul moyen d’assurer les hôteliers d’une réelle maîtrise de la langue au niveau managérial.

Le troisième critère objectif retenu est la nature de l'école. Les critères de recrutement des jeunes diplômés en hôtellerie identifiés par l'IFOP mettent en avant l'importance pour les jeunes d'étudier dans une école hôtelière d'une part pour développer leur sens du service et d'autre part pour acquérir les techniques requises en hôtellerie et restauration.

Le sens du service s'acquiert au contact du client dans un environnement pédagogique tel qu'un restaurant d'application. Les techniques de l'hôtellerie et de la restauration ne peuvent s'acquérir, elles, que dans un restaurant d'application ou dans une réception ou encore une salle de réservation. Ces équipements sont essentiels à la formation en école hôtelière. Certes, au niveau bac+5, ces deux points sont déjà partiellement acquis mais la légitimité d'une école dans ces deux domaines essentiels n'est démontrée que par la présence d'installations techniques.

Les écoles hôtelières, identifiées par leurs installations techniques, sont donc classées en premier, suivi des écoles de management puis des écoles de tourisme et des autres.
Suite Shangri-La

Méthodologie

Le classement comparatif des programmes bac+5 en hôtellerie en France retient trois critères :

1 - la nature du diplôme (Master universitaire en premier, certification professionnelle inscrite au RNCP en second, les autres formations de type diplôme association d'écoles ou association professionnelle sont classées après) ;

2 - la langue d'enseignement pour le caractère international de la formation (programme entièrement en anglais en premier, à plus de 50% en anglais en second et en français ou à moins de 50% en anglais en troisième) ;

3 - la nature de l'école (école hôtelière en premier, qualifiée par des installations techniques - restaurant ou hôtel d'application, école de commerce en second dont l'expertise en hôtellerie est faible mais l'expertise en management est forte, école de tourisme en troisième, comprendre une "école hôtelière" sans parties techniques) ;

La date d'ouverture du programme est utilisée pour départager les formations ex aequo.

Seuls les programmes hôteliers sont retenus, les programmes à forte dominante tourisme ne sont pas pris en compte dans ce classement mais apparaissent néanmoins dans la version Excel.
maincadre

Classement académique

Le classement académique des programmes hôteliers à bac+5 distingue les écoles offrant un Master plutôt qu'une certification professionnelle, parfois appelée Mba ou Msc.
1 - ESH Paris Hotelschool

Master in International Tourism and Hospitality Management
2 - Institut Paul Bocuse

Certificat de Directeur général à l'international : hôtellerie et restauration
3 - IMHI ESSEC

Certification de Manager en hôtellerie internationale
4 - AIM

Certification de Directeur d’établissement de luxe dans le secteur de l’hôtellerie
5 - Institut Vatel

Certification de Directeur d'hôtellerie internationale
6 - INSEEC

Certification de Manager Marketing et Commercial
7 - IEMI-CMH

Certification de Directeur d'établissement de luxe dans le secteur de l'hôtellerie
8 - Ecole de Savignac

Certification de Manager des entreprises de l’hôtellerie, du tourisme et de la restauration
9 - SKEMA CNAM

Certificat de fin d'études
10 - Ferrières

Certificat de fin d'études
FAQ: ESH Paris ne participe pas au classement SMBG qui distingue les écoles de commerce proposant des programmes hôteliers.

Téléchargez le classement complet (format Excel ou PDF)
Classement xls Classement pdf
Suite Shangri-La

Méthodologie

Le classement comparatif des programmes bac+5 en hôtellerie en France retient trois critères :

1 - la nature du diplôme (Master universitaire en premier, certification professionnelle inscrite au RNCP en second, les autres formations de type diplôme association d'écoles ou association professionnelle sont classées après) ;

2 - la langue d'enseignement pour le caractère international de la formation (programme entièrement en anglais en premier, à plus de 50% en anglais en second et en français ou à moins de 50% en anglais en troisième) ;

3 - la nature de l'école (école hôtelière en premier, qualifiée par des installations techniques - restaurant ou hôtel d'application, école de commerce en second dont l'expertise en hôtellerie est faible mais l'expertise en management est forte, école de tourisme en troisième, comprendre une "école hôtelière" sans parties techniques) ;

La date d'ouverture du programme est utilisée pour départager les formations ex aequo.

Seuls les programmes hôteliers sont retenus, les programmes à forte dominante tourisme ne sont pas pris en compte dans ce classement mais apparaissent néanmoins dans la version Excel.
Logo IFOP

Niveau académique

L'institut de sondage IFOP a réalisé pour l'ESH une enquête du 17 au 20 mars 2009 auprès d'un échantillon représentatif des établissements hôteliers français de plus de 20 salariés, portant sur leurs attentes en matière de recrutement (IFOP, 2009). Ils ont déterminé les trois premiers critères mis en avant par les recruteurs de ces établissements, lors de l'embauche d'un jeune diplômé :
1 - les jeunes diplômés doivent avant tout avoir le sens du service (63%);
2 - une bonne maîtrise des techniques requises en hôtellerie et restauration (59%);
3 - une pratique maîtrisée de l’anglais (57%).
La maîtrise de l’anglais est plus particulièrement appréciée par les établissements plus étoilés (4 à 5 étoiles), à 71%, soit leur premier critère de recrutement.

Master ou pas Master, telle est la question...



En quoi le niveau académique est-il important ? Dans un Master, les intervenants sont en majorité docteurs dans leur spécialité et chercheurs. Le niveau académique des enseignants est très élevé, ce point est essentiel. Le programme est validé par l'Etat ou par une Université. Il change peu d’une année sur l’autre car les compétences enseignées sont au-delà de l’actualité : leadership, éthique, esprit de synthèse, développement personnel.

Dans un programme de Master, les étudiants ont accès aux articles de recherche académique publiés par les chercheurs des universités du monde entier et ils apprennent à appliquer les enseignements de la recherche à travers des activités : travail en équipe, présentations, discussions et jeux de rôle. Le titulaire d'un Master sait appréhender des problèmes complexes et évolutifs, il sait mettre à jour ses connaissances et proposer des solutions basées sur l'étude du passé ou d’autres secteurs d’activité dans des domaines aussi variés que le management, le marketing ou la stratégie. Les compétences acquises en Master universitaire sont très recherchées par l’industrie hôtelière et dans tous les pays du monde, on fait bien la différence entre un Master et un simple diplôme à bac+5, y compris en terme de salaire et d'évolution de carrière.

La Commission Nationale de la Certification Professionnelle (CNCP, 2012) qui gère le Répertoire National, celui-là même qui permet aux écoles délivrant des certifications professionnelle de parler de "diplôme d'Etat" indique sur son site : "Une certification professionnelle enregistrée « sur demande » dans le RNCP au niveau I (parfois au niveau II/master 1) n'ouvre ni équivalence de droit avec un diplôme de Master ni ne confère le grade de Master à ses titulaires." Le Master universitaire est donc placé en premier, suivi directement des certifications professionnelles inscrites au RNCP et les autres diplômes (CGE, FEDE, AH&LA, NEASC…)

Les deux autres critères : langue d'enseignement et nature de l'école

Deuxième critère retenu et premier critère de recrutement pour les hôtels 4 et 5 étoiles, la maîtrise de l'anglais est essentielle en hôtellerie. Les programmes bac+5 préparent les étudiants à des postes d'encadrement dans des hôtels internationaux, voire à l'international, leur enseigner le management en anglais est un plus. En France en particulier, le niveau d'anglais des étudiants est problématique, les programmes bac+5 hôteliers doivent donc être majoritairement enseignés en anglais pour identifier les meilleurs étudiants et parfaire leur maîtrise opérationnelle de l'anglais. Au niveau bac+5, il ne s'agit plus seulement de communiquer en anglais, il s'agit de manager en anglais.

Le critère de la langue d’enseignement ressort donc comme le meilleur indicateur du caractère international de la formation, un diplôme bac+5 en anglais est le seul moyen d’assurer les hôteliers d’une réelle maîtrise de la langue au niveau managérial.

Le troisième critère objectif retenu est la nature de l'école. Les critères de recrutement des jeunes diplômés en hôtellerie identifiés par l'IFOP mettent en avant l'importance pour les jeunes d'étudier dans une école hôtelière d'une part pour développer leur sens du service et d'autre part pour acquérir les techniques requises en hôtellerie et restauration.

Le sens du service s'acquiert au contact du client dans un environnement pédagogique tel qu'un restaurant d'application. Les techniques de l'hôtellerie et de la restauration ne peuvent s'acquérir, elles, que dans un restaurant d'application ou dans une réception ou encore une salle de réservation. Ces équipements sont essentiels à la formation en école hôtelière. Certes, au niveau bac+5, ces deux points sont déjà partiellement acquis mais la légitimité d'une école dans ces deux domaines essentiels n'est démontrée que par la présence d'installations techniques.

Les écoles hôtelières, identifiées par leurs installations techniques, sont donc classées en premier, suivi des écoles de management puis des écoles de tourisme et des autres.
ESH Paris Hotelschool - Ecole Supérieure d'Hôtellerie